Les choses qu’on possède finissent par nous posséder

« Les choses qu’on possède finissent par nous posséder ». Nous avons tendance à nous définir à travers ce que nous possédons. En obéissant aux principes de la société de consommation, nous passons notre vie à courir – pourquoi dit-on d’ailleurs « faire les courses » :-) – à la poursuite de la possession et de la propriété, considérés comme buts suprêmes et illusoires de succès et de réalisation de soi.

 

les choses qu'on possède

Source : Pinterest

 

Quand l’AVOIR devient un objectif, c’est une dépendance qui nous empêche d’accéder à l’ETRE. Nous remplissons nos armoires tout en creusant un vide intérieur. Nous croyons accéder à une valeur identitaire et à la reconnaissance sociale par l’accumulation de biens matériels. Mais cela ne fait que de nous éloigner de nos véritables besoins. Car il nous faut consacrer du temps pour trouver les moyens d’acquérir ces biens, pour les entretenir, les nettoyer, les ranger, les organiser. Et le temps finit également par nous posséder.

Il serait important de faire des choix. En nous libérant des choses et de nos possessions, nous nous libérons de nos peurs : peur de manquer, peur de se tromper, peur de rater la super bonne occasion du jour, peur du jugement, peur du vide, peur de se retrouver face à soi-même …

Sans non plus virer New Age et continuer à vivre avec son temps, choisissons les objets qui simplifient nos vies et non ceux qui la remplissent inutilement. Evitons les excès et l’encombrement qui sont prétexte à occuper l’espace et le temps que nous nous refusons à nous-même. Apprenons à reconnecter avec nos vrais besoins. Faisons des choix pour être plus libres!

Qu’en pensez-vous?

As-tu aimé cet article?
Abonnes-toi maintenant et reçois directement dans ta boîte aux lettres les nouvelles du blog (et ton ebook GRATUIT en bonus!)

5 Comments

  • Audrey

    Reply Reply

    Cela me trotte dans la tête aussi en ce moment, je revois ma façon d’acheter et je réfléchis à ma façon de consommer parfois un peu impulsive. Je ressens de plus en plus le besoin de me débarrasser des choses qui encombre mon appartement.
    Moi qui avait du mal à jeter, je finis par y arriver maintenant. J’essaye également au niveau de mon dressing la loi du « 1 entrée, 1 sortie » quand j’achète quelque chose je vends/jette/donne l’équivalent.

    • asna

      Reply Reply

      Bonjour Audrey, pour moi c’est très important de franchir cette première étape dans sa tête, dans la prise de conscience. Ce qui va amener plus facilement les actions de désencombrement puisqu’on y aura donné un sens. Oui très bonne idée cette astuce de « 1 entrée, 1 sortie », ça oblige de réfléchir à deux fois avant d’acquérir un nouveau truc!!

Leave A Response

* Denotes Required Field