J’arrête d’être débordée!

Foule débordée

Ca y est c’est la rentrée, et c’est reparti pour le marathon quotidien! Après des journées d’insouciance et de laisser-aller, revoilà que le bouton s’est remis sur « power on », et qu’il nous faut réorganiser tout notre petit monde. Entre les enfants, l’école, les activités à organiser, les invitations d’anniversaires (oui déjà !), les rhumes (c’est la rentrée des bobos aussi !) … il y a bien sûr le travail, la maison, les courses, le courrier en retard et j’en passe. Enfin bref, il y a de quoi être complètement dé-bor-dée!
Mais voilà, j’ai fais un vœu. Et si j’arrête d’être débordée ? Maintenant STOP, je fais une pause, je prends un peu de recul et je me concentre sur … MOI. C’est la rentrée et j’arrête d’être débordée.

Je ne me laisse plus faire.

Je prends conscience que le rythme effréné du quotidien me malmène et me pousse à bout. Je suis fatiguée et j’ai envie de dire « stop ». Même si pour beaucoup le fait d’être occupé (et stressé) témoigne d’une vie trépidante et bien remplie, non moi j’arrête d’être débordée. Ce n’est pas une fatalité ni une mode qui me convient. Je décide de faire mieux et surtout d’en faire moins. J’arrête de culpabiliser si je prends du temps pour moi. Je n’ai pas besoin d’être overbookée en permanence pour être heureuse et performante.

Je définis mes priorités.

Je prends en compte ce qui est vraiment important pour moi en cohérence avec mes envies, mes valeurs et mes possibilités. Est-ce que je veux vraiment que les enfants aient 36 activités extrascolaires. Je fais un choix, j’arrête de courir en faisant le taxi. J’organise plus d’activités familiales le weekend et les enfants sont moins fatigués. Idem pour le boulot ou la maison. Je me pose la question de ce qui est important. Je pose mes priorités, je fais des compromis et j’organise le reste en conséquence.

Je délègue.

J’apprends à demander de l’aide et à faire confiance aux autres. Au travail comme à la maison, j’arrête de vouloir tout faire et j’identifie les tâches que je pourrais confier à quelqu’un d’autre. Je peux même partager certaines tâches avec les enfants pour faciliter la gestion et l’organisation de la maison par exemple. Ou faire appel à une femme de ménage si j’en ai les moyens.
J’arrête de croire que je suis la seule apte à faire les choses comme il faut, je peux indiquer comment je fais et j’accepte que les autres fassent à leur manière.

Je lâche prise.

Je ne peux pas tout faire et j’accepte mes limites. Je mets la barre un peu moins haute et j’arrête de courir après la perfection. Je n’ai pas besoin d’être la meilleure mère du monde, juste la mère qu’il faut pour mes enfants. J’aime cuisiner des bons plats pour la famille mais ce n’est pas la fin du monde si on atterrit au fast-food ou à la pizzeria dès fois. Je peux remettre le ménage à plus tard pour profiter d’un moment agréable pour moi ou avec les miens. J’arrête de dire « il faut … », et de faire les choses par obligation, j’apprends plutôt à faire les choses parce que j’en ai envie et que je choisis de les faire.

J’anticipe.

J’anticipe la liste des choses à faire pour le lendemain, je prépare les affaires à l’avance ainsi que la table du petit déjeuner. Une bonne préparation évite de se mettre au dépourvu et diminue le stress au quotidien. J’anticipe pour être sûre de ne rien oublier.

Et toi ? Quelles sont tes astuces pour arrêter d’être débordée ?

As-tu aimé cet article?
Abonnes-toi maintenant et reçois directement dans ta boîte aux lettres les nouvelles du blog (et ton ebook GRATUIT en bonus!)

Leave A Response

* Denotes Required Field